Commerce de produits contrefaisants et piratés

En 2013, pour l’Union Européenne, les produits contrefaits ou piratés représentaient jusqu’à 5% des importations.
Tous les segments de marché sont visés. La plupart des marques sont touchées.
Avec le développement du e-commerces, les acheminements de produits se font par la poste ou par les services express et ne font pas l’objet de contrôle.

Concurrence déloyale

Concurrence déloyale

Ce document est le résumé du rapport final de l’étude sur les produits français concernés par la concurrence déloyale de produits non-conformes.

L’étude a été conduite pour la Direction Générale de la compétitivité, de l’industrie et des services, de juillet 2013 à juillet 2014. Les objectifs de cette étude étaient :

  • d’identifier les principaux produits industriels fabriqués en France et soumis à la concurrence de produits importés non-conformes à la réglementation ou contrefaisants,
  • d’identifier les secteurs les plus critiques afin d’organiser des actions de surveillance efficaces des marchés cibles

Benoit Chocolat

« La start-up Soft-Enov et la maison Benoit Chocolats, deux entreprises angevines, ont dévoilé leur innovation : une boîte de chocolats augmentée. Favorisé par #AngersFrenchTech et Aldev (l’agence économique d’Angers Loire Métropole), l’entreprise traditionnelle et artisanale Benoit Chocolats a rencontré la start up dédiée à la conception de logiciels sur mesure Soft Enov.

Anne-Françoise Benoit imaginait une boîte de chocolats connectée pour le Caramandes®, création originale de Benoit Chocolats. Jacques Régent l’a créée grâce à une pastille autocollante infalsifiable, permettant à la fois de certifier l’authenticité du produit et donc de lutter contre la contrefaçon et d’offrir l’accès à des informations à partir d’une tablette ou d’un smartphone. »

chocolats
chocoalts
Les Caramandes®, création originale de Benoit Chocolats

« Je voulais une solution ludique facilement accessible aux clients, explique Anne-Françoise Benoit, aujourd’hui à la tête de l’entreprise. Grâce à cette pastille, nous pouvons donner des informations sur nos chocolats, nos méthodes de fabrication, insérer des vidéos, un lien vers les sites web et réseaux sociaux, permettre au client de déposer un message personnalisé… »

Cette technologie pourra s’adapter à d’autres secteurs comme c’est déjà le cas pour les viticulteurs qui l’ont adopté. « Des développements sont à l’étude dans de nombreux domaines comme la création artistique », dévoile Jacques Régent. »